1.11.5

News

Page  1 sur 3  > >>

oct. 17, 2015
Catégorie : Agenda externe
Posté par : happels

Liége - Chênée - Centre Culturel de Chênée

Journée Santé et don d'organes

mars 26, 2015
Catégorie : Agenda AIDONS
Posté par : happels
Conférence scolaire à DISON
mars 12, 2015
Catégorie : Agenda AIDONS
Posté par : happels
Université de MONS -UMONS
Journée de sensibilisation des étudiants Montois
CMS - 1.11.5 - Puerto Ayora
 

Lexique

Dès que le patient est dans les critères de la greffe, ce patient cherchera des renseignements sur la greffe. Nous avons vulgarisé quelques termes médicaux afin que cela soit plus compréhensible pour chacun.

A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  T  U  V  W  X  Y  Z

Ce lexique a pour objectif de vous faciliter la compréhension de certains
termes médicaux utilisés dans les chapitres précédents
edités sur une base d'une documentation de l'UCL ST LUC (Belgium)

Ablation : opération chirurgicale qui consiste à enlever un tout ou une partie d’un
organe.

Affection : terme utilisé en médecine pour décrire tout état de maladie quelles qu'en
soient les causes.

Ambulatoire : le malade ambulatoire est un malade qui est capable de se déplacer. Le
traitement ambulatoire est un traitement appliqué en hôpital à des malades qui
ne sont pas hospitalisés.

Analgésique : médicament qui calme ou supprime la douleur

Antigène : molécule ou partie de molécule reconnue par le système immunitaire* et
capable de susciter une réponse de ce dernier; les antigènes les plus
importants en transplantation d'organe sont les antigènes HLA*

Anticorps : protéines produites par les lymphocytes B activés (plasmocytes). Ils
reconnaissent les antigènes et agissent sur eux en les immobilisant, les
neutralisant ou les détruisant.

Anurie : absence de production d'urine, quelles qu'en soient les causes.

Apnée : arrêt plus ou moins long de la respiration, volontaire ou non.

Artère : vaisseau sanguin dans lequel circule le sang qui vient du coeur. Elle donne
naissance à l'artériole et celle-ci au capillaire.

Artériographie : radiographie d'une artère après y avoir injecté un produit de contraste.
L'artériographie se fait généralement en introduisant un cathéter au niveau
d'une artère fémorale (pli de l'aine). Elle nécessite habituellement une
hospitalisation d'une nuit. L'artériographie des artères rénales est toujours
effectuée avant le prélèvement chez un donneur vivant.
L'artériographie aorto-iliaque est parfois réalisée chez le receveur avant
d'effectuer une greffe, en vue d'en apprécier l'accessibilité si on soupçonne
une artériosclérose.

Artérite : inflammation au niveau des artères (qui peut aussi atteindre les petites artères
des reins, dans la maladie appelée: "polyartérite").

Arthrite : inflammation au niveau des articulations.

Bassinet: réceptacle recueillant l'urine produite par le rein et donnant naissance à
l'uretère.

B
Baxter : mot de jargon (en fait, marque commerciale) utilisé pour désigner une
perfusion, le bocal ou le sachet à perfusion.

Biopsie
: prélèvement à l'aiguille d'un très petit morceau de tissu pour l'examiner au
microscope et poser un diagnostic. La biopsie des reins propres vise à
déterminer le type de néphropathie*; la biopsie du greffon est habituellement
effectuée sans anesthésie locale pour affirmer le diagnostic de rejet.

C.
Cathéter : petit tuyau souple, fin et stérile qui sert à injecter un produit ou à évacuer un
liquide d'une cavité (p.ex. la vessie) ou d'un conduit (p.ex. une veine ou une
artère).

Clamper : action qui consiste à fermer temporairement un conduit par pincement (p.ex.
un cathéter vésical).

Compatibilité : une fois déterminé le typage leucocytaire*, on recherchera le rein le plus
compatible, c-à-d offrant le plus d'antigènes HLA en commun avec le
receveur (cette compatibilité s'exprime généralement en nombre d'antigènes
en commun sur 6 antigènes déterminés)

Contusion : lésion interne, généralement bénigne, produite par un choc. Il n'y a pas
rupture de la peau et pas nécessairement rupture de vaisseau sanguin.

Coronarographie :
artériographie* du réseau artériel du coeur, c-à-d les artères coronaires;
comme il y a 3 artères coronaires principales, on parlera, en cas d'atteinte (le
plus souvent par artériosclérose) de ces artères, d'une maladie d'un, de deux
ou des trois vaisseaux.
Il s'agit, le plus souvent, de sténoses (c-à-d de rétrécissements) qui peuvent
aller jusqu'à l'occlusion complète (provoquant alors l'infarctus) : on peut les
traiter par dilatation ou par pontage.

Cross-match : mise en présence, dans un tube à essai, de sérum du receveur avec des
cellules du donneur potentiel: si le sérum du receveur contient des
anticorps anti-HLA* dirigés contre le donneur, les cellules du receveur
seront attaquées et tuées, le cross-match sera dit positif et la greffe ne sera pas
effectuée car elle serait rejetée; autrement dit, la négativité du cross-match est
un pré-requis pour la greffe: ce test sera répété à votre arrivée pour être
greffé.

Cystectomie : intervention chirurgicale qui consiste à enlever tout ou partie de la vessie.

Cystite : inflammation (aiguë ou chronique) de la vessie, quelles qu'en soient la cause (le plus souvent, une infection par un microbe, qu'on traite par un antiseptique
ou un antibiotique).

Cystographie : radiographie de la vessie; la cystographie rétrograde* consiste à injecter du
produit de contraste* dans la vessie (par une sonde ou un cathéter* introduit
à travers la peau) afin d'en apprécier le volume, les parois, la fonction et
l'existence éventuelle d'un reflux anormal d'urine dans les uretères*.
Cystoscopie : examen qui permet de regarder l'intérieur de la vessie par l'introduction d'un
endoscope ou fibroscope.

D.
Déshydratation : conséquence d'un manque important d'eau et de sel dans l'organisme, à la
suite p.ex. de perte par diarrhées ou transpiration et/ou à une insuffisance
d'apports. La déshydratation peut avoir pour conséquence une élévation du
taux d'urée et de créatinine (par défaut de perfusion du rein), réversible par la
correction de la déshydratation. La réhydratation consistera tout simplement à
ingérer ou à perfuser de l'eau salée.

Drain : tuyau souple qui permet de retirer un liquide (p.ex. un épanchement pleural)
ou un gaz (p.ex. de l'air dans la plèvre) d'une cavité ou d'un conduit de
l'organisme.

Dysurie : difficulté à vider la vessie (on doit attendre ou pousser) p.ex. à cause d'une
hypertrophie* de la prostate.

Echographie : méthode d'exploration d'un organe du corps par une image obtenue aux
ultrasons; cet examen est totalement indolore.

Electrocardiogramme ou ECG :
enregistrement graphique de l'activité électrique du coeur dans le but de
vérifier son état de fonctionnement; l'examen est totalement indolore.

Electroencéphalogramme ou EEG :

enregistrement graphique de l'activité électrique du cerveau dans le but de
vérifier son état de fonctionnement; l'examen est totalement indolore.

Electromyogramme ou EMG :
enregistrement graphique de l'activité électrique d'un ou de plusieurs muscles
dans le but de vérifier leur état de fonctionnement; cet examen peut être un
peu désagréable étant donné la nécessité de planter de fines aiguilles dans les
muscles étudiés.

Endocrinologie : branche de la médecine qui étudie l'anatomie et le fonctionnement des
organes secrétant des hormones et leurs maladies (ex : pancréas "l'organe",
insuline "son hormone", et diabète "sa maladie")

Endoscope : instrument rigide qui permet de regarder à l'intérieur d'un conduit ou d'une
cavité de l'organisme (p.ex. l'oesophage et l'estomac " oesogastroscopie", le
rectum "rectoscopie" , les bronches "bronchoscopie"). Il permet également de
prendre des photos, des films et de faire des prélèvements.

Epreuve d'effort :permet de mesurer la réponse du coeur à un effort physique. On enregistre
soit l'activité électrique de votre coeur par l'ECG, soit l'image scintigraphique* du coeur, soit les deux pendant que vous pédalez sur une bicyclette ergométrique. Il vous faudra ôter votre chemise. Vous aurez des électrodes aux chevilles, poignets et sur la poitrine. On vous demandera de
pédaler sur le vélo le plus longtemps possible jusqu'à ce qu'on vous stoppe.
Le médecin surveille de façon permanente l' ECG* et l'on enregistre régulièrement votre tension artérielle. On observe les symptômes que vous pourriez présenter douleur thoracique, fatigue, étourdissement, le rythme cardiaque, ...

Glomérule : unité de filtration du rein; c'est à travers la membrane de filtration du
glomérule que le sérum devient de l'urine "primitive".

Glomérulonéphrite : inflammation (aiguë, subaiguë ou chronique) des glomérules; les
glomérulonéphrites chroniques (dont il existe plusieurs variétés) résultent le
plus souvent du dépôt dans les glomérules de substances anormales (p. ex.
des anticorps ou des complexes antigènes - anticorps) qui induisent une
réaction inflammatoire pouvant conduire à la destruction progressive des
glomérules et donc à l'insuffisance rénale.

Hématurie : présence de sang dans l'urine; l'hématurie peut être macroscopique (l'urine est
rouge) ou microscopique (seul un examen au microscope permet de déceler
une quantité excessive de globules rouges); l'hématurie peut provenir de
n'importe quelle partie de l'appareil urinaire.

Hépatite : inflammation du foie le plus souvent due à un virus, soit le virus de
l'hépatite A (bénigne, acquise par ingestion du virus, p. ex. en buvant une eau
contaminée, sans séquelle), soit celui de l'hépatite B (plus sérieuse, acquise le
plus souvent par voie sanguine, pouvant conduire à la cirrhose; elle sévissait
dans les centres de dialyse avant l'avènement des précautions et du vaccin),
soit celui de l'hépatite C (acquise aussi le plus souvent par voie sanguine,
pouvant également devenir chronique; il n'y a pas encore de vaccin).

Herpès : famille de virus comprenant:
- l'herpès simplex ("bouton de fièvre", herpès génital)
- l'herpès zoster (zona, varicelle)
- le virus Epstein-Barr, ou EBV (mononucléose)
- le cytomégalovirus ou CMV (fièvre, hépatite, pneumonie ..)
Ces virus, que beaucoup d'entre nous hébergent à l'état latent (c-à-d sans en
ressentir le moindre symptôme) peuvent se réactiver (c-à-d se multiplier,
envahir un organe et provoquer une maladie) à la faveur d'un traitement
immunosuppresseur*, le plus redoutable est le CMV; la période la plus
critique pour l'infection à CMV est celle qui suit l'immunosuppression
maximale (c-à-d aux alentours de la 6ème semaine post-greffe ou après un
traitement de rejet aigu).

HLA : Antigènes se trouvant à la surface des cellules (HLA veut dire "Human
Leucocyte Antigen"
p.c.q. ces antigènes sont le plus aisément identifiés à la
surface des leucocytes ou globules blancs) et qui ont un grand
"polymorphisme" c.à d. qu'il y a une très grande variété d'antigènes d'un sujet
à l'autre. Ce sont eux qui sont donc reconnus par notre système immunitaire
comme "étrangers" à la surface des cellules d'un greffon.
Ce sont eux qui sont identifiés ("typés") quand on fait notre typage
leucocytaire. Des anticorps contre les antigènes HLA (les anticorps anti-
HLA) peuvent se former lorsqu'une personne a été en contact avec des
antigènes étrangers (p.ex. à l'occasion de transfusions, de grossesse ou de
greffes antérieures); lorsque ces anticorps sont dirigés contre les cellules du
greffon, la greffe ne peut être effectuée (le cross-match est dit positif);
l'existence de ces anticorps est périodiquement (tous les 3 mois) recherchée
chez le candidat à la greffe: on comprend qu'une grande quantité d'anticorps
anti-HLA augmente la difficulté de trouver un greffon acceptable c.à d. avec
un cross-match négatif.

Hyalinose segmentaire et focale:
variété de glomérulonéphrite; elle provoque un syndrome néphrotique*
parfois sévère.

Hyper : = trop, excès

Hypertrophie: augmentation de taille, p.ex. d'un organe

Hypo : = trop peu, manque

Hypotrophie : réduction de taille, p. ex. d'un organe.


I.
Immunosuppresseur:
agent ou médicament visant à déprimer (ou à "supprimer") la réponse
immunitaire (normale) de l'organisme, c-à-d sa capacité à rejeter, en le
détruisant, tout antigène reconnu comme étranger (que ce soit un agent
infectieux ou un organe greffé); le traitement immunosuppresseur vise donc à
obtenir une tolérance de l'organe greffé. (les principaux immunosuppresseurs
sont la cortisone, la ciclosporine, le tacrolimus, l'azathioprine et le
cuzcophénolate.

Infection : présence d'un organisme infectieux (microbe, champignon, virus ou parasite)
dans le corps.

Inflammation : réaction de l'organisme à une infection (les signes classiques p.ex. d'une
infection de la peau sont rougeur, tuméfaction et douleur).
Injection : introduction d'un liquide dans l'organisme par piqûre soit intramusculaire, soit
intraveineuse, soit sous-cutanée (sous la peau), soit intradermique (dans la
peau).

Insuffisance rénale:
incapacité des reins à assurer leur fonction normale d'épuration, ce qui se
traduit par l'élévation, dans le sang, du taux des substances dont les reins
assurent l'élimination, telles que l'urée (taux normal : < 50 mg/dl) et la
créatinine (taux normal : < 1,2 mg/dl). L'insuffisance rénale peut être
réversible ou irréversible. Elle est dite terminale lorsqu'il est nécessaire de
recourir à la dialyse (habituellement pour un taux d'urée > 300mg/dl et/ou un
taux de créatinine > 12mg/dl); elle est dite préterminale à l'approche de ces
taux (urée > 200 mg/dl et/ou créatinine > 8 mg/dl), habituellement lorsqu'on
envisage la mise en place de la fistule artério-veineuse préparatoire à
l'hémodialyse.

Intubation : introduction par la bouche ou le nez d'un tube flexible dans la trachée afin
d'assurer le passage de l'air vers les poumons.

J.

Jugulaire : veine située dans la région latérale du cou. Ce terme peut aussi désigner, en
jargon, le cathéter et/ou l'acte qui consiste à placer une perfusion dans cette
veine. L'hémodialyse peut être effectuée par cette voie.

Lithiase: maladie désignant la formation d'un calcul ou pierre (lithos en grec) p. ex.
dans les voies urinaires.

Lymphocyte : variété de globule blanc de petite taille, possédant un noyau simple qui est
l'acteur principal de la réaction de rejet cellulaire.

M.

Miction: action de vider la vessie.

Néphrectomie : intervention chirurgicale qui consiste à enlever le tout ou une partie d'un rein.
Néphrite : inflammation aiguë ou chronique du rein (terme assez vague). Voir
glomérulonéphrite ou pyélonéphrite.

Néphropathie : vient de néphron (unité fonctionnelle du rein, c-à-d chaque glomérule, avec
son appareillage, artériel, veineux et tissulaire) et de pathos (souffrance ou
maladie) : désigne tout simplement une maladie du rein, quelle qu'elle soit.
Elle peut être aiguë (évolution en quelques jours) subaiguë (évolution en
quelques semaines ou mois), ou chronique (évolution sur plusieurs années).
La néphropathie peut être héréditaire (transmise par un ou plusieurs gènes
d'un ou des deux parent(s), congénitale (existant dès la naissance, héréditaire
ou non) ou acquise (le rein étant sain à la naissance).

Névrite : inflammation aiguë ou chronique d'un ou de plusieurs nerfs.

Nycturie: miction nocturne.


O.
Oedème :
accumulation de liquide entre les cellules d'un tissu, p.ex. l'oedème des pieds
(qui se traduit par un gonflement) ou l'oedème des poumons (qui se traduit
par une courtesse d'haleine).

Oligurie : diminution anormale de la quantité d'urine produite par les reins.

P.

Perfusion : Introduction d'un liquide de façon continue et prolongée, en général dans une
veine. Le liquide de perfusion peut contenir des sucres, des sels et/ou des
médicaments. Les perfusions sont utilisées soit pour réhydrater, soit pour
administrer des médicaments, soit pour alimenter le patient (nutrition
parentérale).

Phlébite : inflammation généralement aiguë d'une veine, causée par un microbe, une
irritation, une cause chimique ou mécanique (ex: cathéter ) ou par manque de mouvement. (p.ex. phlébite des jambes en post-opératoire).

Pollakiurie : fréquence excessive des mictions*.

Polykystose : maladie rénale familiale (transmise par le père ou la mère), atteignant
indifféremment les deux sexes, caractérisée par des kystes rénaux dont le
développement lentement progressif conduit à l'insuffisance rénale terminale
chez environ 50% des personnes atteintes, généralement vers l'âge de 50 ans.

Polyurie : émission d'une quantité anormalement abondante d'urine (p.ex. à cause d'un
diabète sucré mal équilibré ou d'une maladie rénale).

Produit de contraste:
les produits de contraste ont une opacité aux rayons X qui est différente de
celle des tissus. Ils sont utilisés pour mettre en évidence (obtenir un
"contraste") l'image de la partie à radiographier.

Pyélonéphrite: inflammation aiguë ou chronique, des cavités pyélo-calicielles et/ou de
l'intersticium rénal due à une infection et/ou à un reflux vésico-urétéral; la
pyélonéphrite chronique peut conduire à l'insuffisance rénale.

Pyurie: présence de pus (c-à-d de globules blancs en quantité excessive) dans l'urine.

Redon : drain introduit dans une plaie opératoire, relié à un récipient sous vide d'air;
on les enlève quelques jours après l'opération.

Rejet : réaction du système immunitaire contre un greffon; le rejet peut être à
prédominance "humorale" (c-à-d dû à l'attaque d'anticorps p. ex. anti-HLA)
ou "cellulaire" (c-à-d dû à l'attaque des cellules qui sont le plus souvent les
lymphocytes) . Le rejet peut être:
- hyperaigu (survenant dans les heures ou les jours qui suivent la
greffe); il est alors humoral et le plus souvent irréversible
- aigu (survenant le plus souvent au cours des 3 premiers mois): il
est essentiellement cellulaire et répond le plus souvent à un
traitement anti-rejet (généralement de 10 jours, à base de
cortisone ou d'anticorps anti-lymphocytaires)
- chronique (par la suite): il est très difficilement traitable; son
mécanisme reste mal connu; il résulte parfois clairement d'une
réduction excessive du traitement immunosuppresseur.
Le diagnostic du rejet aigu et chronique se fonde le plus souvent
sur une biopsie*.

S.
Scanner : appareil de radiographie couplé à un ordinateur qui permet d'obtenir des
images en coupe transversale (qui passe de l'avant à l'arrière) du corps. Voir
tomographie computée* .
Scintigraphie : méthode d'exploration qui consiste à introduire par injection un isotope (c-à-d
un atome émettant un rayonnement détectable) dans l'organisme. Les
rayonnements de cet isotope sont captés par un appareil qui permet de former
une image sur écran. Le but est d'étudier l'anatomie d'une région du corps et
éventuellement son fonctionnement; p.ex. le coeur peut être étudié par une
scintigraphie au Thallium ou au MIBI, le plus souvent à l'effort..

Sonde : tuyau plus ou moins gros, stérile ou non, qui sert à introduire ou retirer un
liquide ou un gaz d'une cavité ou d'un conduit de l'organisme.

Sous-clavière : veine située sous les clavicules. Ce terme désigne également le cathéter et/ou
l'acte qui consiste à placer une perfusion dans cette veine. La sous-clavière
est la continuation de la jugulaire.

Stomatologie : branche de la médecine qui traite de la bouche, des dents et de leurs
affections.

Symptôme : signe provoqué par un état de maladie.

Syndrome d'Alport :
maladie rénale familiale souvent associée à une surdité et conduisant à
l'insuffisance rénale terminale vers l'âge de 20 ans (essentiellement les
garçons; les filles sont le plus souvent - mais pas toujours - "porteurs sains")

Syndrome néphrotique :
ensemble des symptômes* induits par une perte urinaire abondante (>
3g/24 h) de protéine: les oedèmes en sont le symptôme le plus évident.

Systémiques : certaines maladies sont dites systémiques parce qu’elles atteignent,
(simultanément ou successivement) plusieurs organes ou systèmes; les plus
fréquentes sont les vasculites (ou maladies inflammatoires des vaisseaux, le
plus souvent les petites artères - voir artérites) et le lupus .

Tensiomètre : appareil qui sert à mesurer la tension artérielle.

Tension artérielle :
pression du sang dans les artères. Cette pression est le résultat de la force de
contraction du coeur et de la résistance que les artères opposent à
l'écoulement du sang. La mesure comporte deux chiffres, une valeur
maximale notée pendant la contraction du coeur (systole) et une valeur
minimale correspondant au remplissage du coeur (diastole). La valeur est
exprimée en mm de mercure (Hg).

Tomographie computée :
ou CT scan (Computerized Tomography) ou encore tomodensitométrie :
examen utilisant le même principe que la radiographie conventionnelle (c. à
d. rayon X) mais permettant de visualiser, avec davantage de précision et de
définition, des coupes ("tomos") ou tranches de tissus; on utilise parfois du
produit de contraste*; voir aussi scanner*.

Typage leucocytaire :
détermination des antigènes HLA d'une personne par prise de sang : elle
s'exprime par un chiffre pour chacun des 6 antigènes généralement recherchés
(2 en locus A, 2 en locus B, 2 en locus DR; ainsi, on dira d'un individu qu'il
est, par exemple A2, A6, B7, B37, DR1, DR3).

Uretère : long conduit reliant le bassinet à la vessie.

Urètre : canal reliant la vessie à l'extérieur (à ne pas confondre avec l'uretère).

Urologie : branche de la médecine qui traite du système urinaire, des organes génitaux
masculins et de leurs maladies.
Vésical : qui a trait à la vessie.

Previous page: Téléchargement  Page suivante : Affiche don d'organes